Produit ajouté au panier avec succès Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Quantité
Total
Continuer Commander

Steve McQueen

Les affiches originales avec Steve McQueen font partie des spécialités de Posterissim. De La Grande Evasion à Papillon, en passant par Le Kid de Cincinnati, L’Affaire Thomas Crown, Bullitt ou encore Le Mans, retrouvez ici les affiches anciennes les plus cultes ou rares des films de l’un des acteurs les plus emblématiques des sixties. Sourire tendre et regard d’acier, celui qui est à juste titre surnommé le King of Cool est l’une des icônes les plus solides du cinéma. Retour sur le triomphe du roi d’Hollywood, qui a enflammé le box office pendant vingt ans dans des rôles de antihéros taillés sur mesure.

Ancien Marine, Steve McQueen est révélé en 1958 dans la série Au Nom de la Loi, avant que sa carrière ne s’envole grâce à son rôle dans Les Sept Mercenaires de John Sturges. Il enchaîne les succès et bâtit son image de tête brûlée solitaire et sans peur, séducteur et bourreau des coeurs -il épouse notamment Neile Adams puis Ali MacGraw. Fan absolu de moto et de courses de Formule 1, il est connu pour exécuter lui-même la plupart de ses cascades, lorsqu’elles ne sont pas doublées, entre autres, par son ami Bud Ekins. On voit notamment celui qui partagera l’amour de la Triumph Bonneville avec McQueen tout au long de leurs vies, sur la Triumph Trophy TR6 dans La Grande Evasion en 1963.

En 1968, il tourne dans L’Affaire Thomas Crown de Norman Jewison. Sous les traits d’un homme d’affaire blasé, milliardaire s’improvisant braqueur, ses emblématiques Persol sur le nez, il y laisse s’exprimer sa passion pour les voitures. On le voit tour à tour au volant de son mythique buggy Meyers Manx, sa Rolls Royce Silver Shadow ou encore de sa Ferrari 250GT. C’est dans ce film que l’on assiste au baiser de plus long de l’histoire du cinéma, entre McQueen et Faye Dunaway, sur l’intemporelle bande originale de Michel Legrand.

L’année suivante sort l’un des autres grand succès du bad boy : Bullitt, de Peter Yates. Il y conduit cette fois une Ford Mustang GT 390, au centre de l’une des courses-poursuites les plus importantes de l’histoire du cinéma. En Californie, Steve McQueen campe le rôle de Frank Bullitt, flic rebelle qui arpente les rues de San Francisco. Il enchaîne avec Le Mans, où il incarne Michael Delaney, pilote automobile au volant d’une Porsche 917 et qui rendra culte sa montre Tag Heuer Monaco - à la ville, c’est une Rolex Submariner 5513 qui complète le style souvent copié mais jamais égalé de Steve McQueen. Comme On Any Sunday, le film sort en 1971, une année portée par l’ivresse de la vitesse et sa passion pour les sports automobiles. C’est avec Solar Production qu’il participe au long métrage documentaire de Bruce Brown, nommé pour l’Oscar en 1972.

Lire la suite Lire moins

  • 1
    1 200 €
  • 0

    1968 - Michel Landi

    2 800 €
  • 0

    circa 1970 - Michel Landi

    3 800 €
  • 0
    1 450 €
  • 0

    1971 - Tom Jung

    1 450 €
  • 0

    1968 - Inconnu

    750 €
  • 1

    1971 - Lee H. Katzin

    1 500 €
  • 0

    1968 (affiche de 1971) - Marian Stachurski

    2 500 €
  • 0
    2 800 €
  • 1

    1968 - Norman Jewison

    1 200 €
  • 0

    1971 - Lee H. Katzin

    900 €
  • 1

    2015 - John McKenna et Gabriel Clarke

    250 €
  • 0

    1971 - René Ferracci

    3 200 €
  • 1
    750 €
  • 0

    1971 - René Ferracci

    1 500 €
  • 2

    1965 - G. Allard

    1 500 €
  • 0

    1971 - Inconnu

    1 200 €
  • 0

    1968 - Peter Yates

    2 800 €
  • 0

    Film : 1968 - Affiche : 2016 - Matt Taylor

    900 €
  • 1

    1971 - Martin Buckenham

    450 €
  • 1

    1969 - Inconnu

    1 500 €
  • 1
    1 800 €
  • 0

    1971 - Inconnu

    1 200 €
  • 1

    1974 (pour le film de 1965) - Inconnu

    1 500 €
  • 1

    1973 - Leonida

    1 200 €
  • 0
    750 €
  • 0

    1970 - René Ferracci

    750 €
  • 1
    800 €
  • 2
    600 €
  • 3

    1963 - Georges Allard

    1 200 €